1 an après, les réfugiés Rohingyas toujours au cœur du chaos - UOSSM FRANCE

1 an après, les réfugiés Rohingyas toujours au cœur du chaos

Banniere_NB_(1).jpg

Il y a un an, près de 700 000 Rohingyas ont fui l’Etat de Rakhine, au Nord de la Birmanie, poussés sur le chemin de l’exil par les violentes persécutions de l’armée birmane. Cheminant au travers de la jungle pendant des jours vers le Bangladesh, ils ont rejoint les quelques 200 000 personnes qui étaient déjà déplacées par les violences des années précédentes. Épuisés, affamés et malades, il est urgent de leur apporter une protection internationale et une assistance humanitaire.

50 000 d’enfants en situation d’insécurité alimentaire élevée*

*UNICEF

900 000 Rohingyas dans les camps réfugiés au Bangladesh

40% des réfugiés sont des enfants*

*Save the Children

Dans les camps à Cox Bazar, dont celui de Kutupalong-Balukhali, le plus grand camp de réfugiés au monde, 900 000 Rohingyas vivent dans des conditions de vie insalubres. Situé dans une zone montagneuse, loin de la capitale Dacca, les déplacements sont difficiles pour atteindre les camps. Les catastrophes naturelles et conflits au sein même du Bangladesh ne font qu’aggraver la situation. Dans cette prison à ciel ouvert, les femmes et les enfants sont les plus vulnérables.

C’est pourquoi l’UOSSM se mobilise au Bangladesh afin de répondre aux énormes besoins humanitaires.

Capture.PNG

Un certain nombre de pathologies infectieuses se développent très rapidement et les patients sont délaissés parce que les services du Bangladesh ne traitent que les urgences. Il n’y a que deux blocs opératoires pour 1 million d’habitants.  

 

La plupart des réfugiés ont un accès limité à l’eau potable, aux latrines et aux soins de santé. Dans de telles conditions, avec une telle concentration de population, une telle promiscuité, les épidémies sont inévitables

 

Non reconnus dans leur propre pays, les Rohingyas sont apatrides. Sans la citoyenneté, ils n’ont eu qu’un accès très limité aux services de base en Birmanie et notamment aux structures de santé. N’ayant pas eu de suivi médical, la population est arrivée au Bangladesh dans un état déjà extrêmement vulnérable.  

Pour faire face à cette situation d’une urgence extrême, les médecins de l'UOSSM se sont rendus à Cox Bazar, pour apporter aide et secours à ces populations privées d'accès aux soins. Notre objectif :

  • Assurer les opérations chirurgicales à l'hôpital national de Cox Bazar
  • Dispenser des cours de formation pour les chirurgiens locaux
  • Apporter des traitements médicaux aux camps de réfugiés
  • Fournir une aide humanitaire

Grâce aux aides reçues, l’UOSSM a pu ouvrir la toute première clinique dentaire de la région. Nos équipes sont prêtes à aller de camps en camps dès début octobre 2018, afin que l'accès à la santé pour tous soit garanti.

WhatsApp_Image_2018-08-17_at_10.33.50.jpeg WhatsApp_Image_2018-08-17_at_10.34.04.jpeg
WhatsApp_Image_2018-08-17_at_10.34.20_(1).jpeg WhatsApp_Image_2018-08-17_at_10.34.34.jpeg

Il est indispensable de maintenir un système de santé au Bangladesh. La survie des 900 000 Rohingyas tient aussi peu qu’à :

 

50€

Prise en charge médicale d’un enfant malnutri

60€

Formation d’un soignant

100€

Soutien à notre clinique dentaire

150€

Soigner 15 mères et leurs nouveau-nés

 

Après 1 an de crise humanitaire, les financements nécessaires pour répondre à l’urgence ne sont pas suffisants.

Œuvrez en faveur des Rohingyas, faites un don !

> JE FAIS UN DON, JE SAUVE DES VIES <