Escalade de la violence en Syrie en septembre, le triste bilan de l'ONU - UOSSM FRANCE

Escalade de la violence en Syrie en septembre, le triste bilan de l'ONU

Septembre-Nationbuilder.jpg

Panos Moumtzis, le coordinateur régional des opérations humanitaires de l'ONU en Syrie s'est exprimé le 5 octobre sur les violents bombardements qui ont touché le pays à la fin du mois de septembre. Le bilan est lourd : septembre a été le mois le plus meurtrier de 2017 pour les civils.

Amman, le 5 Octobre 2017

Je suis consterné par le nombre de civils tués suite aux attaques aériennes en Syrie. Les hôpitaux, les ambulances, les écoles et les personnes déplacées ont été durement ciblés par des raids aériens. Septembre a été le mois le plus meurtrier de 2017 pour les civils. Notamment parce que les attaques ont ciblé des zones d'habitations, faisant des centaines de morts et de blessés tous les jours.

Cette semaine, suite à des attaques aériennes sur Raqqa, des dizaines de personnes ont été tuées et plusieurs ont été blessées.

Environ 8 000 personnes sont encore piégées dans la ville. Entre le 19 et le 30 septembre, des raids aériens sur les zones d'habitation à Idleb, ont tué au moins 149 personnes, dont une majorité de femmes et d'enfants. En parallèle, les attaques contre les établissements médicaux privent la population d'un accès aux soins vitaux. Les écoles et les hôpitaux à Idleb sont maintenus fermés par crainte de nouveaux bombardements. De plus, trois explosions à Damas, ont provoqué la mort de 20 personnes et en ont blessé 15 autres.

J'aimerais saluer les efforts des travailleurs humanitaires, particulièrement les secouristes, qui risquent leurs vies quotidiennement pour aider les autres. Les Nations-Unies appellent à prendre des mesures urgentes pour la protection des civils et des infrastructures publiques en Syrie.

Le ciblage des civils et des établissements médicaux est tout simplement inacceptable et constitue une violation des droits de l'Homme et des lois internationales humanitaires et doit être considéré comme un crime de guerre.

Toutes les parties engagées dans le conflit doivent respecter leurs obligations internationales et agir de manière à assurer la protection des civils et des travailleurs humanitaires.

En réponse à ces perpétuelles attaques sur les établissements médicaux en Syrie, une coalition d’organisations médicales, humanitaires et associatives se sont associées à notre ONG pour dénoncer le ciblage des hôpitaux et du personnel médical en Syrie et pour rendre hommage aux plus de 732 soignants tués depuis le début du conflit syrien.

Découvrez la campagne Doctors in Danger : www.doctorsindanger.com.

Vous aussi mobilisez-vous, aidez le personnel médical en Syrie :

FAITES UN DON, SAUVEZ DES VIES ! <