La faim invisible en Syrie : fléau méconnu conséquence directe de la guerre - UOSSM FRANCE

La faim invisible en Syrie : fléau méconnu conséquence directe de la guerre

Banniere_NB_Visuel_campagne.png

Alors que débute le mois de jeûne du Ramadan aujourd'hui en Syrie comme pour de nombreux musulmans à travers le monde, l'UOSSM a choisi de mobiliser l'opinion autour du fléau de la Faim Invisible , forme méconnu de la malnutrition. La faim invisible est une des conséquences directes de la guerre et du siège de plusieurs villes en Syrie. 

L’UOSSM alerte, à travers la campagne « Ce bracelet sauve des vies » , sur la montée de la malnutrition en Syrie notamment après les images chocs d'enfants squelettiques de la Ghouta qui ont fait le tour du monde il y a quelques mois. Une campagne de sensibilisation et de mobilisation autour du périmètre brachial ou bracelet de malnutrition, au coeur du dispositif de dépistage de la malnutrition par nos équipes de santé, auprès des enfants de 6 mois à 5 ans, des femmes enceintes et allaitantes.

La "faim invisible" en Syrie

En Syrie, 6,5 millions de personnes sont en situation d'insécurité alimentaire élevée, et 4 millions de personnes supplémentaires sont menacées d’être touchées, ce qui représente 54% de la population. Un chiffre qui a doublé depuis 2016 et qui s’explique par plusieurs facteurs selon le Dr. Feras Al Dbeis, responsable nutrition à l'UOSSM : "L’insécurité alimentaire, les mauvaises habitudes alimentaires des enfants et des bébés, la propagation de maladies et d’infections infantiles, le déplacement des populations et la pauvreté, ont conduit à la propagation de la malnutrition en Syrie."

On appelle ça la « faim invisible » . Si ses effets ne sont pas observables à court terme, ils le sont à long terme, surtout chez les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes et allaitantes : cécité, retard de développement, handicaps physiques, mortalité infantile. Un fléau qui a des conséquences sur la santé des syriens, tout autant que sur le développement du pays. Un nourrisson victime de malnutrition connaîtra des retards de croissance irréversibles. Son cerveau et son corps ne pourront pas se développer correctement. Lui donner accès aux nutriments dont il a besoin, c’est assurer non seulement sa survie, mais aussi son développement physique et intellectuel. Bien nourrir un enfant, c’est aussi promouvoir le développement durable de la Syrie.

L'UOSSM au cœur de l'action contre la malnutrition

UOSSM_Horizontal_3.png

Le programme de sécurité alimentaire développé par l’UOSSM depuis 2016 est donc indispensable pour maintenir la malnutrition sous contrôle. Notre objectif, faire en sorte que chaque hôpital et centre de santé dispose d’un service de prévention et de prise en charge de la malnutrition. En collaboration avec l’UNICEF et l’OMS, nos programmes ont été pensés pour sensibiliser, dépister et prévenir les cas de sous-nutrition parmi les enfants de moins de 5 ans, les femmes enceintes ou celles qui allaitent afin de leur administrer un traitement nutritionnel adapté. Nos services de nutrition sont déployés à travers tout le pays grâce 23 centres de santé, 23 médecins et 200 agents de santé.

L’UOSSM est présente sur le terrain pour répondre aux urgences liées à la malnutrition, mais aussi afin de les prévenir. Il est possible de prévenir la sous-nutrition pendant la période des mille premiers jours de vie, qui vont du début de la grossesse, au second anniversaire de l’enfant.

"Pour tous les enfants reçus dans notre centre, ainsi que pour ceux repérés sur le terrain par nos agents de santé, nous utilisons le bracelet brachial pour mesurer leur bras. Si nous repérons des cas de malnutrition, nous les renvoyons vers un médecin spécialiste, afin qu’ils reçoivent un traitement et que leur état soit suivi." Imane, technicienne en nutrition de l'UOSSM

Découvrez en vidéo l'histoire du petit Mourad, en situation de malnutrition et soigné par l'UOSSM :

Comment agir ?

Faire un don pour la :

  • Prise en charge médicale d'un enfant malnutri
  • Distribution de micronutriments aux enfants de 6 mois à 5 ans
  • Sensibilisation des populations les plus vulnérables à la nutrition
  • Formation d'un soignant à la prise en charge de la la malnutrition
Mobilisation sur les réseaux avec les hashtags :
#CeBraceletSauveDesVies
#StopFaimInvisibleSyrie 
Bouton_don.png