Hôpitaux et trauma

Les centres de santé primaire

La formation

Les centres de soutien psychologique et de santé mentale

Les services de protection

La recherche médicale

19
unités de spécialités médicales et chirurgicales
9
salles d’opération
1
banque de sang
21
ambulances
52 800
bénéficiaires en 2017

Hôpitaux et trauma

Après sept ans de conflit, il est nécessaire de créer des hôpitaux frontaliers relativement sûrs, et de continuer à soutenir les hôpitaux en Syrie afin de faciliter l’accès à des services de santé à tous ceux qui en ont besoin. Malheureusement, 2017 a été une année désastreuse pour les établissements de santé et le personnel médical. Selon le rapport annuel de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), 123 structures de santé ont été ciblées et 88 soignants blessés ou tués en 2017.

Il est donc nécessaire de soutenir les hôpitaux en Syrie. L’UOSSM soutient et distribue des consommables médicaux à plus de 120 hôpitaux et plus de 200 centres de santé et cliniques à travers la Syrie. Nous couvrons plus de 65% des besoins en consommables dans le nord de la Syrie. Nous avons pu ouvrir nos propres établissements, comme :

Hôpital Bab Al-Hawa

Ouverture: Janvier 2013
Localisation: frontière turquo-syrienne  
Contexte: fruit de plusieurs mois de travail entre Médecins Sans Frontières, Médecins du Monde et le CICR (Comité International de la Croix-Rouge). Entièrement géré par l’UOSSM.
Activité: 10 564 bénéficiaires en 2017, environ 13% du nombre total d'opérations dans la région du Nord, 600 opérations par mois. Plus grand hôpital de toute la région, avec un large éventail de spécialités: orthopédie, neurochirurgie, chirurgie vasculaire, chirurgie générale, chirurgie ophtalmique, chirurgie maxillo-faciale, chirurgie pédiatrique et coloscopie.

Hôpital Al Bernas

Ouverture: fin d’année 2014
Localisation: Lattaquié (nord de la Syrie)
Activité: fournit des services d’obstétrique, de gynécologie et de pédiatrie, ainsi que des opérations de chirurgie générale. Chaque mois, plus de 25 000 femmes y reçoivent des services et 145 accouchements y sont réalisés.

Gestion de trois centres de rééducation:

  • Le centre de Sarmada : créé fin 2014, au nord d’Idleb. Il est sous la direction et la supervision de l’UOSSM. Y sont assurés les soins physiques et psychologiques et le suivi des blessés après une opération. En 2015, 1500 personnes y ont reçu une thérapie physique.
  • Le centre de Dar Al Karama : situé dans la banlieue de Deraa, équipé de 71 lits. Il fournit des services médicaux à une moyenne de 1950 bénéficiaires chaque mois.
  • Le Centre médical syrien (SMC) fournit des soins de santé médicaux et gratuits à plus de 130 000 réfugiés syriens à Reyhanli, en Turquie. Les patients peuvent y recevoir des soins hospitaliers, des consultations de médecine générale, des séances de kinésithérapie, des radiologies et des échographies. Il contient également un bureau pour documenter les violations des droits de l'homme.
  • « Syria Solar », l'énergie solaire au service de nos hôpitaux en Syrie


     en savoir plus
    18
    centres de santé à travers toute la Syrie
    13
    cliniques mobiles
    1 089 775
    bénéficiaires en 2017
    1
    maternité

    Les centres de santé primaire

    En Syrie, le système de santé s’est effondré. Plus de la moitié des centres de soins de santé primaires ont été fermés ou ne fonctionnent que partiellement. En raison des restrictions d'accès aux médicaments et aux soins vitaux, les personnes atteintes de maladies chroniques potentiellement mortelles (comme le diabète, l'insuffisance rénale, l'asthme, l'épilepsie, le cancer et les maladies cardiovasculaires) courent un risque plus élevé de complications ou de décès. Il devient également primordial de traiter les questions de santé publique afin de prévenir d’éventuelles épidémies et maladies infectieuses (bactériologiques et virales).

    L’UOSSM a ouvert la voie en prenant l’initiative de trouver des solutions durables pour pallier les carences et la démission des pouvoirs publics dans le domaine de la santé en lançant des programmes ambitieux et en concrétisant plusieurs projets vitaux. Depuis 2013, elle a créé 18 centres de santé primaire à travers tout le territoire syrien. Chaque centre de santé contient quatre spécialités médicales (pédiatrie, gynécologie, médecine interne et médecine générale). On y trouve également un laboratoire et une pharmacie. Plusieurs de ces centres disposent également d’une clinique dentaire, d’une unité de soutien psychologique, d’une clinique dermatologique et de services de nutrition.

    Les cliniques mobiles

    La première clinique mobile établie par l’UOSSM a ouvert en 2013 et couvrait les banlieues de Hama et d'Idleb (nord de la Syrie). Aujourd’hui, nous avons 13 cliniques mobiles qui sillonnent le pays pour être au plus près des populations, notamment dans les camps de réfugiés où l’accès aux soins est particulièrement difficile. Chaque clinique fournit des consultations médicales, des services de nutrition et des services de santé reproductive.

    L’UOSSM au cœur de l’action contre la malnutrition


     en savoir plus
    16 000
    personnes formées
    112
    mannequins interactifs
    12
    spécialités proposées

    La formation

    En 2013, avec le soutien du Pr. Raphaël Pitti, médecin français spécialiste en médecine d'urgence dans les zones de guerre, l’UOSSM a créé le premier centre de formation médicale à Bab Al-Hawa, dans le nord de la Syrie. Il était primordial pour nous de doter le personnel médical de compétences sur la manière de traiter les blessures liées à la guerre et de leur donner diverses clés pour gérer les établissements médicaux alors que le système de santé s’effondrait.

    Nos centres de formation médicale permettent de former nos propres soignants, ainsi que d'autres organisations, comme les Casques Blancs. L’UOSSM a été la première organisation à dispenser une formation spécialisée sur les attaques chimiques et leur contamination.



    Les 3 Axes:

    Formation management
    Formation à la psychologie
    Formation médicale

    Nos programmes de formation contiennent 12 matières médicales différentes enseignées par des experts et des spécialistes. De nombreux sujets sont traités afin de couvrir les besoins en formation dans tous les domaines (ATMG, ATSG, ATMU, FEU, ATOUm, ATOUs, BLS, CPR, PS, Protections des armes chimique, Soins infirmiers et la formation des formateurs).

    • ATMG : apprentissage aux techniques de médecine de guerre
    • ATSG : apprentissage aux techniques de secourisme de guerre
    • ATMU : apprentissage aux techniques de médecine d'urgence
    • FEU : formation en échographie d'urgence
    • ATOUm : apprentissage aux techniques d'obstétrique d'urgence pour les médecins
    • ATOUs : apprentissage aux techniques d'obstétrique d'urgence pour les sages-femmes
    • BLS: les soins de réanimation d’urgence
    • CPR: réanimation cardio respiratoire
    • PS : premiers secours

    Women for Health and Society in Syria


     en savoir plus
    21
    centres en Syrie et en Turquie
    22 955
    bénéficiaires en 2017

    Les centres de soutien psychologique et de santé mentale

    Parce que les séquelles de la guerre ne sont pas seulement physiques mais aussi psychologiques, l’UOSSM a développé un programme national de santé mentale et de soutien psychologique depuis 2013. En Syrie, nous avons ouvert le deuxième plus grand établissement médical spécialisé dans les soins psychologiques et psychiatriques du pays et à Reyhanli, en Turquie, le plus grand centre pour les réfugiés syriens.

    L'objectif principal de ces centres est d'aider les populations et les réfugiés à surmonter les difficultés qu'ils rencontrent ou ont rencontré pendant le conflit et d'améliorer leur intégration dans la société.

    L’UOSSM s'efforce de fournir des services de santé de la plus haute qualité, en utilisant des techniques d'intervention basées sur des études scientifiques, universellement reconnues et supervisées par le Inter Agency Standing Committee (IASC), le principal mécanisme de coordination interinstitutions de l'aide humanitaire.

    Nos équipes offrent un soutien psychosocial (traitement, réadaptation, éducation spécialisée, évaluation, formation, suivi, enquêtes, programmes de proximité, conseil familial et analyse sociale) aux populations touchées dans les écoles, les camps, les maisons de soins et de convalescence et les hôpitaux. Elles ont fourni depuis le lancement du programme des soins à plus de 50 000 réfugiés et personnes déplacées internes, dont environ 10% sont des enfants.

    L’UOSSM est la seule organisation qui fournit des services de télépsychiatrie en coordination avec l'université de Yale. Cela permet au personnel médical de traiter tous les patients, quelque soit l’endroit où ils se trouvent et à l’équipe soignante sur place de bénéficier d’une aide précieuse pour les cas les plus difficiles.

    75 564
    bénéficiaires
    9
    centres en Syrie

    Les services de protection

    En 2016, le « Human Needs Report » de HNO (Human Needs Overview) indiquait que 12,2 millions de personnes ont besoin d'une aide humanitaire en Syrie, dont 7,6 millions de personnes déplacées. Parmi elles, environ 4,8 millions de personnes ont des besoins urgents d’assistance et de protection sur des sites difficiles à atteindre ou assiégé.

    L’UOSSM a développé un programme de protection, élaboré conformément aux normes internationales établies par l’UNICEF, l’UNFPA et l’UNHCR, afin prévenir et à répondre aux violations des droits des enfants et des femmes. Les services donnés au sein de nos centres:

    Service de soutien psychosocial:

    • Protection de l'enfance: soutien psychosocial adapté aux enfants, programmes de soutien parental, campagne de sensibilisation aux droits de l’enfant et de sensibilisation aux risques liés aux armes, activités de lecture et d’écriture.
    • Protection communautaire: sensibilisation de la communauté et soutien psychosocial dans les zones ciblées par des attaques.
    • Autonomisation des femmes: soutien psychosocial et prise en charge de cas sensibles, sensibilisation sur la nécessité de cette protection.

    Le personnel de l’UOSSM reçoit également des formations au sein de ces centres:

    Premiers secours psychologiques, gestion de cas en protection de l'enfance, recherche et réunification de la famille, formation aux compétences parentales, principes de base de la violence sexiste, stratégies de gestion du stress, premiers secours psychologiques, gestion d'espaces conviviaux pour les femmes.

    21
    collecteurs de données sur le terrain

    La recherche médicale

    Parallèlement à leur mission médicale, les équipes de l'UOSSM ont développé des programmes de recherche dans le domaine de la santé. L'UOSSM a conçu le premier système de collecte de données électroniques dans les hôpitaux et les centres de santé primaire. Ce système unique a grandement facilité le travail du personnel de santé dans les régions les plus vulnérables de la Syrie et de la Turquie dans lesquelles aucun système de ce type n'existait et a permis de gagner en temps et en efficacité pour chaque patient soigné. Par la suite, il a été adopté par d'autres organisations médicales travaillant dans la région.

    Les statistiques ainsi élaborées aident à anticiper les besoins réels des malades et des blessés afin de mieux y répondre. Grâce à cela, nos médecins-chercheurs ont mis au point un appareil manuel qui accélère la guérison des plaies et favorise une cicatrisation rapide. Elles ont permis, en août 2015, de diagnostiquer la nécessité de mettre en place un programme de formation du personnel médical à la prise en charge des victimes d’agressions sexuelles dans plusieurs centres de santé primaire.

    La collecte de données est essentielle pour faciliter la prise de décisions au niveau de la planification et de l’opération, elle permet d’établir la faisabilité des projets dans certaines zones et de définir les enjeux de sécurité face au ciblage systématique des installations et du personnel médical. Elle permet également de tirer les enseignements de nos réponses humanitaires, enseignements qui serviront plus tard à réagir à des catastrophes similaires, non seulement en Syrie, mais aussi dans le monde entier.

    Rapport exclusif: Syrian Hospitals Surveillance Study


     en savoir plus