6,7 millions de personnes sont toujours déplacées internes en Syrie, un triste record #JournéeDesMigrants

Le nombre de personnes déplacées dans le monde a encore atteint un niveau record en 2020 avec 50,8 millions de déplacés internes dû aux conflits, à la violence et aux catastrophes. La Syrie continue d’être dans le peloton de tête du nombre de déplacés internes. Entre les 6,7 millions de déplacés internes et les 5,5 millions de réfugiés, plus de la moitié des Syriens ont été contraints de fuir à cause de la violence de la guerre depuis 2011. Un conflit, à l’heure de la pandémie de la COVID-19 qui peine à se faire entendre. Malgré tout, les déplacés internes en Syrie sont saturés des bruits de la guerre qui font leur quotidien.  Lire plus

Le son de Syrie de Mustafa : "Les seuls sons que j’entends sont ceux de la mort"

Le son d'une alarme, les pleurs d'un enfant, les gouttes de pluie, le bruit des gyrophares... En décembre, découvrez des récits et tranches de vie des Syriennes et Syriens qui racontent leur perception des bruits du conflit, comme Mustapha. Il témoigne :  Lire plus

Envie de faire plaisir à vos proches ? #SolidarityFriday

Les fêtes de fin d'année approchent à grands pas ! Cette année, si vous offriez un cadeau qui a du sens avec l'UOSSM ? Donnez une dimension de partage et de solidarité à vos fêtes de fin d'année ! Lire plus

CHANGE THE SOUND OF SYRIA

Il n’y a pas de mots pour dire la guerre mais il y a des sons, des bruits qui surgissent. Le grondement des avions, le sifflement des bombes, le retentissement des sirènes d’ambulances, les larmes d’un enfant, les cris de parents en détresse, les craquements de la tôle dans les camps… Depuis 2011, les sons de la guerre saturent le paysage sonore en Syrie. Mais comment les faire entendre dans un monde qui n'écoute plus ? C'est la question à laquelle souhaite répondre l'UOSSM en lançant l'expérience sonore Change the sound of Syria.  Lire plus

Envoyez vos ondes positives aux Syriens !

Il n’y a pas de mot pour dire la guerre mais il y a des sons, des bruits qui surgissent. Le grondement des avions, le sifflement des bombes, le retentissement des sirènes d’ambulances, les larmes d’un enfant, les cris de parents en détresse, les craquements de la tôle dans les camps… Les sons de la guerre saturent le paysage sonore en Syrie depuis 2011. Lire plus

Les premiers pas d'Omar et Mohamed aux côtés de l'UOSSM

Omar a 1 an. Mohamed en a 6. Tous deux souffrent d'atrophie cérébrale depuis leur naissance, et tous deux ont souffert du manque de soins en Syrie.  À neuf mois, Omar n'arrivait ni à s'asseoir, ni à se tenir en équilibre... Ce qui n'est pas normal à cet âge-là. Sa maman l'a amené à l'hôpital. C'est là que son atrophie a été détectée. L'enfant et sa mère ont été redirigés vers le centre de physiothérapie de l'hôpital Bab Al-Hawa, ouvert par l'UOSSM dans le nord de la Syrie. Son jeune âge a été un défi pour nos équipes.  Lire plus

Un travailleur humanitaire, d’un centre contre la COVID-19 de l’UOSSM, victime d’une bombe à sous-munition

Tandis que les bombardements et les attaques sur les civils avaient diminué en intensité ces derniers mois et que l’UOSSM était mobilisée sur le nouveau front de la COVID-19, un dramatique accident vient frapper nos équipes en Syrie.  Ce lundi 16 novembre, un travailleur humanitaire de l’UOSSM, Zakaria Abdel-Gawad, opérateur de saisie des données des patients dans notre centre de traitement de la COVID-19 à Kafr Karmin, à l’ouest d’Alep, a été victime de l’explosion d’une bombe à sous-munitions.  Lire plus