L'UOSSM dans les Médias - UOSSM FRANCE

14 avril 2018 - L'Obs : Attaques chimiques de Douma : le rapport d'évaluation qui justifie les frappes françaises

Il n'y a donc pas une, mais une multiplication de "recours à des substances toxiques" qui ont fait l'objet de communications d'ONG "habituellement fiables", écrit le ministère : notamment la "Syrian American Medical Society" (SAMS) et "Union of Medical Care and Relief Organizations" (UOSSM). Lire plus

14 avril 2018 - L'Ardennais : Frappes occidentales contre la Syrie... Et après ?

«Où est le bénéfice d’une telle action des Occidentaux si cela ne mène pas à l’arrêt immédiat de toutes les violences et crimes perpétrés envers les populations syriennes?», s’insurge le médecin français Raphaël Pitti, un responsable de l’ONG française l’Union des organisations de secours et soins médicaux (UOSSM). Lire plus

14 avril 2018 - Yahoo actualités : Les frappes en Syrie, une "punition" qui n'arrête pas le régime et ses alliés

"Où est le bénéfice d'une telle action des Occidentaux si cela ne mène pas à l'arrêt immédiat de toutes les violences et crimes perpétrés envers les populations syriennes?", s'insurge le médecin français Raphaël Pitti, un responsable de l'ONG française l'Union des organisations de secours et soins médicaux (UOSSM). Lire plus

12 avril 2018 - France Info : TRIBUNE. "Refuser de voir l'évidence est un déni d'humanité" : la colère des médecins de guerre face à l'immobilisme de la communauté internationale en Syrie

Face à cette nouvelle escalade de violence, le médecin de guerre Raphaël Pitti pousse un cri d'alarme : il appelle la communauté internationale à respecter le droit international humanitaire et reconnaître l'état de catastrophe humanitaire en Syrie. Avec ses collègues anesthésistes-réanimateurs Ziad Alissa et Anas Chaker, membres de l'Union des organisations de secours et des soins médicaux (UOSSM), ils décrivent une situation d'urgence extrême en Syrie et appellent les gouvernements à cesser leur "hypocrisie". Ils s'expriment ici librement. Lire plus

10 avril 2018 - Ouest France : En Syrie, l'emploi de l'arme chimique se banalise

Encerclée, soumise à un déluge de feu, l'enclave rebelle est inaccessible. Mais l'accumulation des éléments laisse peu de doute. Des dizaines de civils ont été retrouvés, foudroyés sur place, ce qui ne « colle pas » avec un bombardement classique. « Comment expliquer que 600, 700, 800 victimes arrivent à l'hôpital, avec la même symptologie respiratoire ? », souligne l'anesthésiste Raphaël Pitty, de l'UOSSM. Lire plus

9 avril 2018 - France Culture : En Syrie, beaucoup de questions sur des frappes contre un aéroport militaire après une attaque chimique présumée à Douma près de Damas

En attendant une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU, aujourd'hui,  à 15h à New York (21h heure de Paris), sur le terrain, dans la ville de Douma, la situation est dramatique, comme l'explique Anas Chaker, porte-parole de l'ONG médicale Union des organisations de secours et soins médicaux, joint par Christian Chesnot. Lire plus

9 avril 2018 - Le Figaro : Tollé international après une attaque chimique présumée en Syrie

Soixante morts et un millier de blessés. C'est le dernier bilan de l'attaque chimique présumée de samedi dans un quartier rebelle près de Damas en Syrie selon l'Union des Organisations de Secours et Soins Médicaux France (UOSSM) et le secouristes Casques blancs. Les faits ont eu lieu à Douma, seul secteur de la Ghouta orientale qui résiste. Lire plus

9 avril 2018 - Ouest France : Attaque chimique présumée en Syrie : plus de 60 morts et 1 000 blessés selon une ONG

Samedi 7 avril, une probable attaque chimique a eu lieu dans la ville rebelle syrienne de Douma, dans la Ghouta orientale, en proie depuis des années à des bombardements incessants. D'après l'ONG l'UOSSM France, plus de 60 personnes, dont beaucoup d'enfants, sont mortes et 1 000 autres blessées. Lire plus

9 avril 2018 - Europe 1 : Syrie : une substance mortelle ajoutée au chlore dans la dernière attaque chimique

Une substance a été ajoutée au chlore dans l'attaque chimique survenue samedi dans la zone rebelle de la Ghouta, en Syrie, près de Damas, potentiellement du gaz sarin, afin de tuer plus de personnes, affirme le docteur français Raphaël Pitti sur la base d'images reçues par ses contacts sur place. "Vers 16h30 il y a eu une première attaque chimique, essentiellement du chlore, avec des victimes telles qu'on peut les attendre dans ce genre d'attaques, beaucoup de victimes (par suffocation) mais peu de décès", explique ce responsable d'une ONG française, l'Union des organisations de secours et soins médicaux (UOSSM). Lire plus

9 avril 2018 - La Dépêche : Syrie : l'indignation après une attaque chimique présumée

S'il a toujours nié, ce n'est pas la première fois que le régime d'al-Assad est suspecté d'attaque chimique. Au total, des dizaines de cas ont été recensées. Parmi eux, l'attaque de la Ghouta au gaz sarin le 21 août 2013 fait entre 355 et 1 845 victimes. Le 4 avril 2017, c'est à Khan Cheikhoun, au nord-est du pays qu'une attaque au gaz est menée. Selon l'Union des organisations de secours et soins médicaux (UOSSM), elle fait au moins 100 morts et 400 blessés parmi les civils. Lire plus